Je m’appelle Alice Fomen, enseignante au Conseil scolaire catholique Mon Avenir. Je suis également fondatrice et directrice de l’Alliance pour une Communauté Éducative Inclusive (ACEI), un organisme dont la mission principale est de construire une plateforme favorisant le développement des capacités des enseignantes et enseignants issus de la diversité, pour faire face aux enjeux et défis de l’éducation au 21e siècle.

Comment définissez-vous l’équité?
Pour moi, l’équité se réduit à deux mots: Rester Juste. Pourquoi pas Être juste, mais Rester juste, me demanderez-vous. Il est facile d’être juste dans des situations dont nous avons le contrôle,des situations planifiées et prévues. Cependant, l’on devrait évaluer la capacité d’une personne à être équitable lorsqu’elle se trouve dans des situations imprévues, et nous sommes bien conscients que dans le monde de l’enseignement, celles-ci sont légion. En effet, il est plus difficile de rester juste lorsqu’ en tant qu’enseignants,nous devons composer avec divers types de profils chez nos élèves ou encore gérer au quotidien la diversité culturelle, ethnique, religieuse et linguistique. L’équité à mon avis est donc la capacité pour une personne de rester juste malgré les incompatibilités, malgré les divergences, malgré les inégalités. 

Quelles expériences ayant trait à l’équité avez-vous vécu au sein de votre organisme/institution? 
Entant qu’enseignante, j’ai eu comme principal défi d’évaluer des élèves de façon sommative en m’éloignant du traditionnel papier-crayon. Par exemple, certains de mes élèves étaient très sensibles à la nature et à ses phénomènes, étant dotés d’une intelligence naturaliste. J’étais très souvent amenée à trouver des formules d’évaluation qui rejoindraient ce type d’intelligence. J’ai pu obtenir de bons résultats chez ces élèves en modifiant le mode d’évaluation (réponses vidéo, réponses orale, réalisation de projets),tout en m’assurant qu’ils avaient maîtrisé les compétences énoncées dans le curriculum. Ce fût un peu plus compliqué pendant le test officiel de l’OQRE (Office de la Qualité et de la Responsabilité en Éducation) où ces élèves se sont vus imposer des tâches papier-crayon, ainsi que des textes dont le fond et la forme se situaient à une grande distance de leurs intérêts. 

Pourquoi avoir choisi le thème “Explorons l’identité: Le Moi et les autres”? 
Entant qu’enseignante, femme, noire, immigrante, exerçant en contexte linguistique minoritaire, je me suis sentie interpellée par le thème de l’identité car l’un des points principaux que l’on aborde lorsqu’on parcourt la question de l’identité est celui de l’intersectionnalité. Sans comprendre qui nous sommes, il nous est difficile d’ajuster notre manière d’interagir avec les mutliples profils d’individus que nous rencontrons au quotidien. Savoir qui nous sommes implique d’énumérer ce qui définit toute forme d’intersectionnalité sur notre personne. J’ai fait l’exercice sur « La partie visible de notre iceberg », une très belle activité proposée par Karen Devonish-Mazzotta. Cet exercice nous permet de comprendre comment les gens nous perçoivent selon nos identities les plus visibles. Le parent d’élève qui me rencontre la première fois comprend directement qu’il aura à interagir avec une femme noire, dans la trentaine. Il s’agit là de la partie visible de mon iceberg. Le fait est qu’en continuant d’interagir avec moi,ce parent apprendra que je suis une maman de trois enfants, passionnée par la technologie, le scrabble et les fleurs, et que je suis dans le domaine de l’enseignement depuis huit années. La question que l’on se pose maintenant est celle de savoir, laquelle de mes identités permet à ce parent de se sentir plus en confiance avec moi ou avec mes compétences d’enseignante? La même question se pose pour mes élèves, mes collègues, la hiérarchie, ou encore les enseignants avec qui j’interagis à l’ACEI. Rechercher la réponse à cette question m’aide à mieux me connaître et à mieux comprendre l’autre, et vice-versa. Nous avons prévu, Karen et moi, de faire l’exercice du iceberg avec les participants lors de notre atelier, et je pense que ceci suscitera de belles discussions. 

Dans quelle mesure l’identité des enseignants influence t-elle leur enseignement et leur relation avec les élèves? 
Une relation positive avec un élève contribue grandement au succès de ce dernier. Comme l’a si bien dit Rita Pierson, tout enfant a besoin d’un adulte qui comprenne le pouvoir que peut avoir la connexion émotionnelle. À mon avis, pour l’enseignant, comprendre son identité professionnelle et sociale ainsi que la représentation qu’il a de lui-même, l’aide à mieux interagir avec ses élèves. Les comportements qui sont modelés dans la salle de classe sont fortement rattachés à l’identité de l’enseignant. Son style d’apprentissage déteint grandement sur ses propres methods d’enseignement. Il est donc important de rester disposés à un maximum d’adaptation, afin de pouvoir rejoindre nos élèves dans leurs besoins et intérêts. 

Quelles sont vos attentes envers l’Institut d’été de la Faculté d’Éducation, organisé en collaboration avec le Réseau des Savoirs sur l’Équité? La collecte de données est une priorité pour tout système éducatif. Étant moi-même employée dans un Conseil scolaire francophone qui reste jeune en matière de collecte de données, je suis heureuse d’avoir l’opportunité d’interagir avec d’autres acteurs du système d’éducation de la province de l’Ontario afin de découvrir quelles sont les pratiques gagnantes en la matière. En tant qu’enseignante, je pourrais mieux comprendre de quelle manière la collecte de données influence ou contribue à l’amélioration des compétences des élèves et des enseignants. En tant que dirigeante d’une association d’enseignants issus de l’immigration, je m’attends à mieux comprendre de quelle façon la collecte des données tient compte des différences entre les divers acteurs du monde de l’éducation en Ontario.

Quelles ressources recommanderiez-vous à des enseignants? 
Une ressource que j’utilise souvent pour développer des outils de collaboration avec mes élèves est: 

Je m’engage, tu t’engages: Guide de réflexion sur la relation enseignant- élève. La ressource peut être téléchargée gratuitement sur le site du CFORP.

De nombreuses autres ressources éducatives sur l’équité en milieu scolaire peuvent également être téléchargées sur le site du Réseau des Savoirs sur l’Équité (RSEKN).

Fermer